Initiative de développement de l'INTOSAI

Soutenir des institutions supérieures de contrôle efficaces, responsables et inclusives

Madagascar – Projet TANTANA

La Cour des Comptes de la République de Madagascar met en œuvre un projet de renforcement des capacités pour améliorer la gestion des fonds publics. Le projet, appelé TANTANA, est financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et est soutenu par l'Initiative de développement de l'INTOSAI (IDI) et par les ISC de France, du Maroc et de Norvège. 

En malgache, TANTANA signifie bonne gouvernance. Pour la Cour des comptes, cela signifie : 
"Ttransparence & AcoucouNtabilité Ttout à fait Avérification de National Acomptes"

Le projet sera mis en œuvre entre 2020 et 2025 avec un budget de 4 millions de dollars apporté par le peuple américain. Le projet vise à renforcer les capacités de gouvernance et de contrôle de la Cour des comptes, qui cherche à devenir plus professionnelle et accessible aux citoyens. La Cour des comptes veut contribuer plus efficacement à la promotion de l'intégrité et de la transparence dans la gestion des deniers publics. La Cour s'est déjà attaquée à l'audit de la gestion de la crise du COVID-19 et à l'évaluation de la politique d'assainissement du Grand Tana.

Un premier Webinaire préparatoire a eu lieu les 9, 10 et 11 décembre 2020.

Le projet sera officiellement lancé en février 2021 à Antananarivo, avec un séminaire de formation pour le personnel de la Cour, suivi d'un colloque avec des représentants du Parlement, du Gouvernement et de la société civile.

En novembre 2020, M. Jean de Dieu Rakotondramihamina, Premier Président de la Cour des Comptes de la République de Madagascar, M. Nathan Piper de l'Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID) et M. Einar Gørrissen, Directeur Général de l'Initiative de Développement de l'INTOSAI ( IDI) a signé des accords de coopération pour la mise en œuvre du « Projet de renforcement de la Cour des Comptes de Madagascar 2020-2025 ».

Le Projet découle du Plan stratégique adopté par la Cour début 2020 et vise à transformer l'Institution en vue de contribuer plus efficacement à la promotion de l'intégrité, de la responsabilité et de la transparence des dépenses publiques. L'objectif de la Cour est de devenir une institution modèle : crédible, efficace, responsable et accessible au grand public.

Au cours des prochaines années, la Cour s'engagera à renforcer ses capacités de gouvernance et de gestion. Dans ce processus, il sera soutenu par l'IDI et des institutions homologues, telles que la Cour des comptes de France, la Cour des comptes du Maroc et le Bureau du vérificateur général de Norvège. 

Pour affirmer l'indépendance de la Cour et assurer son autonomie financière, le Projet fournira des propositions pour renforcer la position institutionnelle de la Cour. Afin d'améliorer le travail de la Cour, ses services seront réorganisés, ses procédures de gestion revues et sa méthodologie d'audit améliorée. En outre, pour renforcer son professionnalisme, la Cour mettra en place des mesures de formation et de développement du personnel. Il favorisera également l'égalité des sexes.

TANTANA vise à renforcer les capacités de la Cour des Comptes et lui permettre de mettre en œuvre avec succès son plan stratégique et atteindre ses objectifs :

  1. La Cour des comptes promeut l'intégrité, la responsabilité et la transparence des organismes publics en tenant compte des priorités de l'État.
  2. Les actions de la Cour des comptes sont crédibles, visibles et accessibles au grand public.
  3. La Cour des comptes promeut une culture de transparence et de performance afin de devenir une institution modèle.

Le projet doit ainsi contribuer à l'objectif de développement durable SDG16 (Paix, justice et institutions solides), qui vise des institutions efficaces, responsables et inclusives. Il favorisera également l'ODD 5 (égalité des sexes et autonomisation des femmes) grâce à son approche d'intégration de la dimension de genre. Enfin, il cherchera également à aligner la Cour des comptes sur les principes, normes et orientations de l'INTOSAI des institutions supérieures de contrôle.

TANTANA devrait finalement bénéficier aux citoyens malgaches, car de meilleurs audits conduiront à une gestion des finances publiques et des services gouvernementaux plus solides.

Auditeurs de la Cour des comptes vérifiant l'efficacité des programmes sociaux lancés par le gouvernement malgache suite à la pandémie de COVID-19 (juin 2021)

Auditeurs de la Cour des comptes de Madagascar vérifiant l'efficacité des programmes sociaux lancés par le gouvernement malgache suite à la pandémie de COVID-19. (juin 2021)

TANTANA en chiffres

5

ans pour le projet (2020-2025)

4

millions de dollars, financé par l'USAID

7

sorties visées :

  1. Des audits de haute pertinence nationale sont menés et rapportés sur la base des ISSAI (les audits incluent COVID-19, le genre, l'exploitation minière, l'énergie, les finances de l'État, la décentralisation, l'environnement, etc.)
  2. La qualité et l'efficacité des contrôles juridictionnels sont renforcées en étroite collaboration avec les Tribunaux Financiers.
  3. Le cadre juridique est amélioré et l'indépendance institutionnelle et l'autonomie financière sont renforcées.
  4. La communication externe est améliorée, y compris la communication avec l'Assemblée nationale, le gouvernement, les organisations de la société civile et les médias.
  5. La gestion stratégique et les principaux systèmes de gouvernance interne sont renforcés.
  6. Des outils et logiciels numériques sont utilisés pour une meilleure qualité d'audit et une plus grande efficacité organisationnelle.
  7. Un nombre suffisant de personnel qualifié et motivé (femmes et hommes) est disponible ; l'égalité des genres et la diversité sont promues.
3

institutions supérieures de contrôle homologues

Trois ISC contribueront au projet avec des cadres supérieurs, de l'expertise et des connaissances :
  • Cour des comptes France
  • Cour des Comptes Maroc
  • Bureau du vérificateur général de Norvège
M. Jean de Dieu Rakotonramihamina (Premier président de la Cour des comptes de la République de Madagascar), et Monsieur HÉRISON Olivier Ernest Andriantsoa, ​​Commissaire Général du Trésor Public de Madagascar.
M. Jean de Dieu Rakotonramihamina, Premier président de la Cour des comptes de la République de Madagascar, et Monsieur HÉRISON Olivier Ernest Andriantsoa, ​​Commissaire Général du Trésor Public de Madagascar.

« Le peuple malgache mérite une Cour des comptes indépendante, visible et crédible. Aujourd'hui, nous renforçons notre institution, pour que le pays puisse avoir confiance dans la gestion de l'argent public.

M. Jean de Dieu Rakotondramihamina. Président de la Cour des comptes de Madagascar.

« La Cour des comptes doit agir avec célérité, rigueur, responsabilité, efficacité et intégrité dans la lutte contre la corruption et la réduction de la pauvreté. Il contribuera ainsi à l'amélioration continue du quotidien des citoyens.

Monsieur Olivier Ernest Andriantsoa Herison. Commissaire Général du Trésor Public de Madagascar.

Le projet fait partie du programme plus large et à long terme Partenariat d'Appui Accéléré par des Pairs - Accelerated Peer-Support Partnership (PAP-APP), visant à améliorer les institutions supérieures de contrôle dans des contextes difficiles.

Accords de projet et rapports

Documents supportés par le projet

Les documents et informations du projet Madagascar Peer-support 2018-2020 sont disponibles ici.

Pour plus d'informations, s'il vous plaît contacter:

Commentaires sur l'audit de l'ISC de Madagascar sur l'ODD 5.2 sur le genre, pour 16 jours d'activisme contre les violences basées sur le genre 2023


Q1 : La Cour des comptes de Madagascar mène cette année un audit sur les violences basées sur le genre. Qu'est-ce qui vous a motivé à choisir ce sujet d'audit ?

Cette année, la Cour des Comptes de Madagascar mène un audit sur les violences basées sur le genre. Qu’est-ce qui vous a motivé à choisir ce sujet d’audit ?


Q2: Lorsque vous avez commencé à travailler sur cet audit, quels étaient les défis auxquels vous avez été confrontés ?


Lorsque vous avez commencé à travailler sur cet audit, quels ont été les défis auxquels vous avez été confronté ?



Q3 : Selon vous, qu'est-ce que cet audit et d'autres audits similaires peuvent contribuer à l'égalité des sexes à Madagascar ?

Selon vous, que peuvent apporter cet audit et d’autres audits similaires à l’égalité femmes-hommes à Madagascar ?


Articles de presse liés à Madagascar